Roccaporéna, village natal
de Ste Rita

Roccaporena

Roccaporena

Bourg de montagne, Roccaporena est située au pied du Mont Rucino (1.033 m.) dans la commune de Cascia (PG) de l’Archidiocèse de Spolète-Norcia. Le lieu était, sans aucun doute, habité depuis les temps antérieurs au christianisme et jouissait, dans la géographie sacrée des ombriens, d’un prestige spécial. Les Registres de Farfa relèvent qu’au Moyen-âge, Roccaporena faisait partie du Domaine de Cascia, lui-même partie du Duché de Spolète, fondé en 571 par les Lombards. Les habitants se dédiaient à l’élevage et aux travaux des champs : on élevait brebis et chèvres et pratiquait une agriculture de montagne, le plus souvent céréalière, basée sur la culture du blé, de l’engrain et d’autres légumes comme les lentilles, les fèves et les pois-chiche. Les glands constituaient une ressource naturelle importante, non seulement pour l’alimentation des porcs, mais aussi, une fois grillés et réduits en farine, pour celle de l’homme.

En 1080, les moines de Farfa divisèrent le Domaine antique en onze « cellules » ou communautés monastiques, dont la quatrième, comprenant un Prieur et six moines, fut assignée à Roccaporena : un monastère, par la suite dédié à St. Montano, fut ainsi fondé sous la Règle de St. Benoît. Roccaporena est restée jusqu’en 1900, année de la canonisation de Sainte Rita, presque identique à ce qu’elle était au XIVè siècles, complètement isolée du reste du monde : Cascia n’était accessible que par un sentier qui tout en suivant, un bon bout, le cours du torrent Corno, passait sous les rochers du Col Châtelain.

Après les deux Guerres Mondiales, la route qui relie le bourg à son chef-lieu fut construite, ce qui permet l’accueil, chaque année, de milliers de pèlerins.